ANATOMIE  DES  ARAIGNEES  :
 VINGT-CINQ  ANS  DE  RECHERCHES


Argyrodes  :  Généralités



       On sait que les Theridiidae du genre Argyrodes sont remarquables par leur curieuse inféodation (sauf cas exceptionnels : “ Ariamnes ”) aux toiles d’autres Araignées, par leur dimorphisme sexuel prosomatique et des cocons de forme trés particulière. Ils possèdent un appareil dit "stridulatoire", en fait stato-récepteur.
         Contrairement à la majorité des Aranéides, ils sont,  incapables de mener dans la Nature une existence indépendante. Leur vie se trouve assujettie à la présence d’autres Theridiidae (Anelosimus eximius par exemple : Lopez,1987), d’ Eresidae (Stegodyphus), de  Pholcidae (Holocnemus…) et surtout, d’ Araneidae (Cyrtophora, Nephila, Micrathena, Argiope…) dont elles habitent la toile, en tous lieux,  (Fig. ...) présentant parfois une certaine spécificité vis à vis de l’hôte (Lopez,1987) Elles y installent leurs curieux petits cocons en "mongolfière" (Fig. galerie de photos : cocon), s’y nourrissent de débris alimentaires et de proies engluées, menues mais parfois aussi très grosses, isolément ou en même temps que l’hôte. Legendre (1960) a défini ce type de relations comme un cas particulier d ‘inquilinisme, terme auquel est substitué aujourd’hui celui de kleptoparasitisme (du grec kleptein = voler).Un possible avantage de voler des proies et de se nourrir avec l’hote est la prédigestion partielle de cette nourriture, comme l’a suggéré Kullmann (1959) et ce qui peut etre specialement avantageux pour de très grosses proies.Le propriétaire légitime de la toile tolèrerait les Argyrodes “ commensaux ” faute de pouvoir les chasser et il semblerait donc que les Argyrodes soient pourvus d’un moyen défensif qui les met à l’abri des entreprises violentes de l’ hôte.

 En fait, la relative immunité dont bénéficient les Argyrodes dans leurs rapports avec l’Araignée-hôte n’est nullement concernée. La glande clypéale ou acronale ne peut être considérée comme un organe de défense élaborant une substance répulsive ou vulnérante à l’instar des Insectes : elle manque chez les femelles ; l’absence de musculature compressive et la terminaison des canaux excréteurs dans une région anfractueuse conformée en cul de sac, n’impliquent pas une projection de substance ou sa libération massive lors des “ stress ”.

D’autres facteurs interviennent dans la protection des Argyrodes :

  le camouflage (crypsis), les Argyrodes se tenant au repos toujours suspendues ventre en l’air dans les toiles où elles rappellent une goutte d’eau par leur éclat argenté ou des détritus tombé accidentellement sur les fils ( petite taille : quelques mms.; couleur d’ensemble brun-jaune clair ; abdomen de profil  triangulaire ; position des pattes étendues vers l’avant (PI et II) ou fléchies et appliquées alors contre l’abdomen (Figs.27 à 29).

Femelle extension 1
Mâle ramassé
Femelle extension 2
Fig.27.- Argyrodes  sp., femelle, pattes étendues
Fig.28.- Mâle, pattes fléchies
Fig.29.- Argyrodes argyrodes, femelle pattes étendues
A; abdomen ; C, céphalothorax ; P, pattes


          Des déplacements très lents et precautionneux pour eviter la stimulation de l’hôte, lorsque ce dernier est immobile.
          
Une  grande prestesse dans l'esquive liée à leur sensibilité tactile, à des réflexes trés rapides et au fait que lors des vibrations anormales de la toile, les Argyrodes s'en laissent choir brutalement comme "des goutelettes d'argent", au bout des fils de rappel que produisent des glandes à soie ampullacées plus volumineuses que chez les autres Theridiidae (Lopez,1983).

En revanche, le comportement sexuel met en jeu la glande clypéale de manière indiscutable.

                                                       

Argyrodes Nephila
Leucauge cocon Argyrodes
Argyrodes Argiope
Argyrodes borbonicus (Ar) sur toile de Nephila inaurata  (F,femelle ; M, mâles) avec un stabilimentum (S) La Réunion Photo A.L.
Cocon d' Argyrodes sp. (C) sur  une toile de Leucauge argyra (L). Guadeloupe
Photo A.L.
Argyrodes elevatus (nombreux petits points brillants, à droite), sur une toile d' Argiope argentata (F, femelle ; M, mâle)
Photo A.L.


Elevatus, Metepeira
Argyrodes elevatus sur une toile de Metepeira avec sa retraite (R) : 1 mâle (flèche) et  2 femelles. Guadeloupe   Photo A.L.


Mâle cognatus  
Mâle cognatus camouflé
Mâle ululans camouflé
Argyrodes cognatus mâle en déplacement sur une toile de Cyrtophora. Seychelles. Photo A.L.
Argyrodes cognatus mâle cryptique, pattes étendues. Mahé (Seychelles). Photo A.L.
Argyrodes ululans mâle cryptique, pattes étendues, toile d'Anelosimus. Guyane. Photo A.L.


Argyrodes sp. camouflage
Argyrodes sp., femelle pattes étendues en position cryptique, dans une toile de Théridiide.
  Pénédo (Brésil :  état Rio de Janeiro). PhotoA.L., Sept.2007




Bibliographie
Legendre,R., 1960. – Ann.Sci.nat, Zool., 12, p. 507-512.
Lopez,A.,1983 (avec J.Kovoor)- Rev. Arachnol., 5(1), p. 29-43.
Lopez,A.,1987.- Newsl.Br.arachnol.Soc.49,p.3-4.
......